Ziyarat Achoura

Ziyarat Achoura

Ziyarat Achoura

    Au nom d'Allah Le Clément, Le Miséricordieux

    O Allah ! Prie sur Mohammed et sur les gens de sa Famille

    Importance

    Selon un hadith de l’Imâm Sâdiq (p) : "Chaque fois que vous avez un voeu que vous voulez qu’Allah exauce, récitez la Ziyârat `Achourâ’ puis le Du‘â’ `Alqamah que vous trouvez dans Mafatih Al Jenen de Cheikh Abbass Al Quommi et enfin, demandez au Seigneur ce que vous voulez, Incha’Allah cela vous sera donné de par sa Générosité et sa Gratitude".

    Le grand et pieux Shaikh Jawad b. Shaikh Mashkoor, était un juriste notoire à Najaf qui décéda à l’âge de 90 ans en 1337 A.H. Il est enterré près de son père dans l’arrière cours du mausolée de l’Imam Ali (as). Ce grand érudit fit un rêve la nuit du 26 Safar 1332 ou il vit l’Ange Izraeel (as), l’ange de la mort. Il fit le Salam à l’Ange de la mort et lui demanda d’où il venait. L’Ange lui répond : « je viens de Shiraz ou j’ai pris l’âme de Mirza Ibrahim Mehlaaki. » Shaikh lui demanda alors dans quelles conditions était son âme en ce moment à Barzakh ? L’Ange lui répondit : « il réside dans le plus beau jardin et dans les meilleurs conditions. Allah lui appointa 1000 anges. » Shaikh lui demanda pour laquelle de ses actions a-t-il reçu une telle récompense ? – pour son haut niveau de connaissance ? Ou pour le large nombre d’étudiants qu'il enseignait ?’ L’Ange répondit : « pour aucune de ces raisons ». Shaikh : « pour avoir mené les prières en assemblée et pour avoir expliqué la jurisprudence aux gens alors ? ». L’Ange : « Non ». « Sur quelle base a-t-il alors reçu une telle distinction » demanda Shaikh. « Pour avoir récité la Ziyarat Achoura. Il la récité régulièrement durant les 30 dernières années de sa vie. Et s’il ne pouvait pas pour cause de maladie ou toute autre raison, il demandait alors à quelqu’un de la réciter en son nom »

    Le lendemain, Shaikh Jawad s’en alla voir Ayatullah Mirza Mohammed Taqi Shirazi pour lui raconter son rêve. Ce dernier pleura. Les gens lui demandèrent alors pourquoi ces pleurs et il leur répondit : « Mirza Ibrahim Mehlaaki était un pilier de la jurisprudence et qu’il venait de quitter ce monde. » Les gens répliquèrent alors : « mais ceci n’est qu’un rêve rapporté par Shaikh Jawad, nous ne sommes pas sur des faits. » Ayatullah Mirza Taqi dit alors: « ce n’est pas le rêve d’un individu ordinaire, c’est celui de Shaikh Jawad ». Le lendemain, une lettre arriva à Najaf annonçant le décès de Mirza Ibrahim Mehlaaki. Le rêve de Shaikh Jawad s’avéra alors être vrai.


    (Ziyarat Achoura by Nasir Rasti Lahejaani, p. 27)

    Cette histoire souligne l’importance de la récitation de la Ziyarat Achoura régulièrement.

    Ziyarat Achoura : conséquences et mérites

    Shaheed-e-Mehraab, Ayatullah Dastghaib Shirazi (ra) raconte ici un incident rapporté d’Ayatullah Uzma Shaikh Abdul Kareem Haayeree (ra), le fondateur du Hauz-e-Ilmiyyah à Qom. Haayeree (ra) raconte : « J’habitais Samarrah pour poursuivre des études religieuses. La ville était alors touchée par une terrible peste. De nombreuses personnes mourraient tous les jours. C’est alors qu’un groupe d’érudits religieux se réunissaient dans la maison de notre professeur Syed Mohammed Fesharki (ra). Mirza Mohammed Taqi (ra) vint aussi à la réunion. Le sujet de cette rencontre était la terrible peste et les nombreuses vies humaines perdues. Mirza Taqi (ra) dit: “si je vous demande de faire quelque chose, le ferez-vous?” Tout le monde répondit : « bien sûr, nous obéirons à tout ce que tu nous demandes. ». Mirza (ra) ordonna alors : « dites à tous les croyants de Samarra de réciter les 10 prochains jours la Ziyarat Achoura et d’en donner la récompense, les mérites, à l’âme de la mère de l’Imam de Temps (P), Nargis Khatoon (sa), et ainsi les gens seront a l’abri de la peste. » L’information fut transmise à tous les croyants de Samarra et commencèrent tous à réciter la Ziyarat d' Achoura. Dès le lendemain, il n’y avait plus aucun croyant mort de la peste. Seuls les non-croyants continuaient à mourir. Ces non-croyants remarquèrent alors cela et demandèrent à leurs amis croyants comment cela se faisait qu’eux ne mourraient plus. Ils répondirent que c’est parce qu’ils récitaient la Ziyarat d'Achoura. En entendant cela, tout le monde à Samarra se mit à la réciter. Tout le monde fut ainsi protéger des effets périlleux de la peste.

    (Ziyarate Aashoora - Effects & Miracles, p. 24)

    Ziyarat Achoura : l’importance de cette Ziyarat par l’Imam Mahdi (as)

    L’Empereur du temps, l’Ami de Allah, le Chef de l’univers, l’Imam de temps (s), a fortement insisté sur l’importance de réciter cette Ziyarate dans ses dires et ses lettres.

    Dans son chef d’œuvre, Mafaateeh al-Jenan, Shaikh Abbas Qummi (ra) raconte une histoire de son professeur Mirza Husain Tabarsi (ra) connu sous le nom de Mohaddis Noori (ra). Nous n’allons pas raconter l’histoire au complet mais juste la partie ou l’Imam Mahdi (as) insiste sur l’importance de la récitation de la Ziyarate d'Achoura.

    Syed Ahmed bin Syed Hashim bin Syed Hasan Musawi Rashty était un commerçant de la ville de Rasht. Il quitta la ville de Rasht avec l’intention d’aller faire le Hajj. Il était un peu inquiet car il n’y avait aucune caravane qui s’en allait pour le Hajj à ce moment. En voyant alors un ami, Jehad Jaludar Isfehani, qui avait préparé ses bagages et s’en allait pour le Hajj, il décida alors de s’en aller avec lui. Sur le chemin, Rashty se perdit et se retrouva alors seul, au milieu de nulle part. L’Imam Mahdi (as) apparu alors et le dirigea vers son lieu de destination. (Pour plus de détails sur cette rencontre, voir Mafaateeh al-Jenan, Incident of Syed Rashty & Najm al-Thaaqib, chapter 7)

    Dans cette anecdote, l'Imam de temps (s), lui demanda d’abord « récite Naafelah de la nuit. » Ensuite il dit « récite Ziyarat Jaameah » et lui dit finalement « récite Ziyarate Achoura.» Syed Rashty ne connaissait alors aucune de ces 2 ziyarat par cœur, mais à l’instant où l’Imam (as) lui demanda de les réciter régulièrement, il les connaissait par cœur.

    L’Imam Mahdi (as) aida Syed Rashty à atteindre sa destination. Sur le chemin, l’Imam (as) lui demanda rhétoriquement : « pourquoi ne récites-tu pas les prières Naafelah ? » L’Imam répéta alors 3 fois « 'Naafelah, Naafelah, Naafelah! » Une nouvelle fois l’Imam (as) lui demanda : « pourquoi ne récites-tu pas la Ziyarat Achoura ? » L’Imam réitéra « Achoura, Achoura, Achoura ! » l’Imam demanda une nouvelle fois à Rashty « pourquoi ne récite-tu pas la Ziyarat Jaameah ? » L’Imam prononça alors 3 fois « Jaameah, Jaameah, Jaameah! »

    Ziyarat Achoura : abrogation de châtiments

    Voici ici un étrange mérite de la Ziyarat Achoura. Celui qui récite cette ziyarat devient une cause du pardon des pêchers des autres.

    Marhoom Mohaddis Noori (ra) racontes une anecdote venant de Al-Haaj Mulla Hasan Yazdi, qui était une personne pieuse et vertueuse et qui était le gardien du mausolée de l’Imam Ali (as). Il était très religieux et droit dans ses actes d’adoration et de ziyarat.

    Mulla Hasan, raconte de Mohammed Ali Yazdi, qui lui aussi était très respectable, dévoué et vertueux. Lui aussi passait la grande parti de son temps à des actes d’adoration, notamment dans un endroit particulier appelé « Mazaar » où beaucoup de personnalités religieuses et pieuses sont enterrées. Il avait un voisin qui était son bon ami. Tous les 2 avaient grandi et étudié ensemble. Son ami travaillait dans la collecte de taxes. Quelques années après, son voisin et ami mourût et fut enterré a Mazaar, la où Mohammed Ali passait ses nuits à prier et à se consacrer à Allah. 1 mois après la mort de ce son ami, Mohammed Ali le vi en rêve. Son ami avait l’air bien, de bonne apparence et heureux. Mohammed Ali lui dit alors « je connais très bien le genre de travail que tu faisais de ton vivant et il n’y avait rien dans ce travail qui méritait une si grande récompense que celle que tu as reçu dans l’eau delà. En réalité, rien à part punitions ne peuvent être exceptés de la sorte de travail que tu faisais sur Terre. Comment se fit-il alors que tu as reçu une telle position et récompense ? » Son ami lui répondit : « tu as tout à fait raison. En effet, depuis ma mort et jusqu'à hier, je baignais dans un châtiment douloureux. Mais hier, la femme d’Ustad Ashraf Haddad est morte et fut enterrée à quelques mètres de moi. L’Imam Hussein (as) est venu lui rendre visite à 3 reprises hier soir. A la troisième visite, l’Imam Hussein (as) ordonna que le châtiment de l’ensemble du cimetière soit enlevé. Depuis, je vis une vie de facilité et de confort. »

    Mohammed Ali se leva brusquement de son sommeil. Il ne savait pas qui était Ashraf Haddad ni où il habitait. Il parti au marché de fer, demanda après Ashraf Haddad, on lui indiqua sa maison, et s’en alla lui rendre visite. Mohammed Ali lui demanda « aviez-vous une femme ? » Ashraf lui répondit que oui mais qu’elle mourut la nuit dernière et fut enterrée à Mazaar. Mohammed Ali demanda alors « a-t-elle accompli la ziyarat de l’Imam Hussein (as) ? » Le veuf répondit que non. « Mais pourquoi me demandez-vous cela ? » C’est alors que Mohammed Ali lui raconta son rêve. Le veuf poursuivit alors : « ma femme était très assidue et régulière dans la récitation de la Ziyarat d'Achoura »

    (Daarus Salaam, Mohaddis Noori (r.a.), vol. 2, p.268; Shifa al-Sudur, p. 52 - Persian Translation; Mafaateeh al-Jenan
Ziyarat Achoura: dans les hadiths

Hadith 1
Alqamah bin Mohammed ibn Hathrami (ra) raconte : « j’ai demandé à l’Imam Baqir (as) de m’enseigner une invocation (doua) que je devrai réciter le jour d'Achoura après la récitation de la ziyarat de l’Imam Hussein (as), près de sa tombe ou à distance, et l’Imam me répondit :

« O Alqamah, quand tu veux réciter la Ziyarat de l’Imam Hussein (as), tu fais d’abord une prière de 2 rakaas. Ensuite, tourne-toi vers la tombe de l’Imam Hussein (as) et fais d’abord le Salam et le Takbir. Ensuite, tu récites la Ziyarat Achoura. Si tu fais cela, tu auras récité ce que les anges récitent quand ils visitent la tombe de l’Imam Hussein (as). Aussi, en récitant cette Ziyarat :

o Allah élèvera ta position de 10 fois

o Tu seras inclus parmi les gens qui ont été tués en martyrs avec l’Imam Hussein (as)

o Le jour du Jugement, tu seras compté parmi les martyrs

o Tu recevras la récompense de tous les Prophètes (as) qui ont visité la tombe de l’Imam Hussein (as) du jour où il est tombé en martyr jusqu'à ce jour.

Et la façon de réciter la Ziyarat est la suivante… (L’Imam Baqir (as) récita alors la Ziyarat Achoura à Alqamah (ra))

(Kaamil al-Ziyaarat, Ibn Qoolwayh, Ch. 71, p.194)
L’Imam Baqir rajouta : « O Alqamah, si tu peux, récite cette Ziyarat tous les jours et envoie tes salutations à l’Imam Hussein (as) ; tu auras toutes les récompenses.

Hadith 2
Imam Sadiq (as) raconta:
“ Celui qui visite la tombe de l’Imam Hussein (as) le jour de Achoura ou passe la nuit près de sa tombe, c’est comme s’il avait atteint le rang de martyr avec l’Imam Hussein (as)”.
(Kaamil al-Ziyaarat, Chapitre 71, p. 191)

Hadith 3
Imam Sadiq (as) raconta :
« Celui qui récite la Ziyarat de l’Imam Hussein (as) le jour de Achoura, alors le Paradis lui sera obligatoire »
(Behaar al-Anwaar, vol. 101, p.104)

Hadith 4
Imam Sadiq (as) mentionne:
“Celui qui visite l’Imam Hussein (as) en reconnaissant son droit à l’imamat, alors c’est comme s’il avait accompli la Ziyarat de Allah sur l’Arche.”
(Kaamil al-Ziyaarat, Chapitre 71, p. 192)

Hadith 5
Abdullah bin Fazi raconte :
« Je me trouvais en présence de l’Imam Sadiq (as) quand une personne de la ville de Toss vint lui rendre visite. Il dit « o fils du Messager de Allah (sawa) ! Qu’as-tu à dire sur celui qui visite la tombe d’Abu Abdallah (as) le jour d'Achoura ? » L’Imam Sadiq (as) répondit : « o Tossi ! Celui qui visite la tombe de Aba Abdallah (as), alors qu’il reconnait que l’obéissance à Al-Hussein (as) est une obligation d'Allah, alors tous ses pêchers passés et futurs seront pardonnés, et il pourra intercéder pour 70 pécheurs. Toutes ses demandes seront acceptées »
(Behaar al-Anwaar, vol. 101, p. 23)

La Porte de l’Imam Hussein (as) – Porte Universelle du Pardon
Dans son sermon de « Shabaniyyah », le Saint Prophète (sawa), en expliquant la grandeur du mois de Ramadhan, dit « dans ceci les portes du paradis sont ouvertes… » Elucidant le discours du Saint Prophète (sawa), Shaikh Jafar Shushtry (ra) apporte un point très intéressant. A propos des portes du paradis, il dit « si vous êtes incapable de rejoindre les portes du paradis (à cause de vos mauvaises actions) il y a cependant une autre porte qui mène au paradis. Tout le monde peut y accéder et il est très facile de l’atteindre. N’importe qui, quel que soit la condition dans laquelle il se trouve, où qu’il se trouve, peut atteindre le pardon infini de Allah par cette porte. Voulez-vous connaitre le nom de cette porte ? C’est la Porte de l’Imam Hussein (as) et le moyen de l’atteindre est à travers l’humilité et le deuil de l’Imam Hussein (as). Si vous ne pouvez pas trouver le chemin du Paradis par la repentance, alors l’amour de l’Imam Hussein (as), est une Grâce énorme. Personne ne peut être détourné du paradis de par son amour pour l’Imam Hussein (as).
(Ziyaarate Aashoora par Nasir Rashty, p. 35)

Par Allah, je jure que tu n’effaceras jamais notre souvenir

Tu ne démoliras pas notre révélation

et tu n’atteindras pas notre étendue

Sayyedah Zeinab Bent Ali Ben Abi Talib (S) à Yazid (le maudit)

Source avec adaptation : al-imane.org

commentaires

Envoyer un commentaire

* Les champs marqués d'un astérisque doivent certainement avoir une valeur.